Sommaire
Chroniques

CHRONIQUES - Lieux oubliés

"LE CHATEAU DE DU GUESCLIN"
Précédente Suivante

G
R
A
N
D
C
A
M
P

L'Actualité
des Chroniques

 

Cartes Du Guesclin

 

 

 

Sommaire
Chroniques

- Résumé de l'article paru dans les Chroniques n°2.- 4 pages (A4), avec 8 illustrations.
Pour l'obtenir en entier : "Se rencontrer"

Dans un ensemble guerrier cohérent . Oui Bertrand Du Guesclin séjourna bien à MAISY. Il fut même propriétaire de ce château, qui à l’époque, était encore considéré comme une forteresse redoutable. 1) Cette forteresse de Maisy n’est pas isolée. Elle s’inscrit dans une suite de constructions ceinturant la partie Nord-Ouest du Bessin, surveillant les grands axes de communication. Au centre, les marais assurent une défense naturelle. 2) Tous ces ouvrages sont de petite et moyenne importance. Ils n’ont rien à voir avec les grosses implantations ducales (Falaise, Caen...).

Logique de l’emplacement. Pourquoi ici, dans ce terrain abominablement plat.  Nous sommes encore là devant une représentation des conceptions de défenses, romaines et scandinaves. Un camp fortifié en rase campagne d’où on voit venir de loin les assaillants qui ne pourront donc trouver aucun abri. On brise quelques assauts, on ne soutient pas de très longs sièges. On peut abriter des troupes de passage importantes.
L’arrivée de moyens " modernes " d’attaque, et l’augmentation du nombre de maçons qualifiés, feront aller du bois vers la pierre. Les ouvrages style Maisy, deviendront obsolètes.

Architecture" Le château était composé de 2 ailes placées en équerre et encadrant une cour fortifiée. L’une des ailes formait le corps de logis principal, appuyé à l’ouest sur un donjon. Elle (la forteresse) comprenait au moins une grande salle voûtée au rez-de-chaussée, 2 chambres au 1er étage, 2 chambres au 2ème étage et un comble... L’autre aile perpendiculaire à la précédente formait un vaste bâtiment dont on n’aperçoit plus les divisions mais qui était couvert d’un toit à double versant dont le pignon est encore visible sur le mur principal.

Evolution  Il est une première fois occupé par l’Anglais. Un deuxième assaut en 1418 lui est fatal. Les défenses ne sont plus en mesure de supporter les coups de canon, la nouvelle arme. Les pilleurs de pierre achèveront le travail. Au XVIIème siècle il est décrit dans un acte de vente de la seigneurie de Maisy comme " ...château de présent ruiné en la plus grande partie, anciennement clos de murs et de fossés pleins d’eau... " 
On peut craindre plus qu’une usure, des effondrement importants et qui seraient irrémédiables. Déjà âgé d’un millénaire, les hommes donneront-ils au château quelques chances d’en débuter un deuxième ?
 

Précédente Suivante

grandcamp-maisy.htm la_carte_de_grandcamp.htm chroniques.htm actualites_chroniques.htm historique.htm visite.htm Pour_se_rencontrer.htm
Dernière mise à jour : mardi, 21. décembre 2004